Les mardis de l’accord #1

Les mardi de l'accord

Chose promise, chose due.

Retrouve tous les seconds mardis du mois, la fabrication d’un accord « mets et vin ».
À l’aide de ces articles, je te partage mes expériences d’accords. Mais, surtout, comment je construis un accord « mets et vin ». Tu vas voir, c’est accessible à tous.

On me pose très souvent la question lors de mes dégustations et mes événements : « comment faire ce fameux accord…plutôt rouge ou blanc ? » ou « si j’achète x Aop, x vin, qu’est-ce que je mange avec ? ». Ce sont des questions qui me paraissent parfois un peu insignifiantes non pas que les gens sont ignorants de poser cette question, bien au contraire, mais parce qu’il faut juste osez faire avec son instinct. Alors pour te pousser dans tes retranchements, je t’explique comment je fais et tu vas voir, c’est simple comme bonjour.

Les étapes :

Pour un bon accord, d’abord, je me conte une histoire. Quelle est la sensation que je souhaite retrouver ? Quelle histoire ? Quel message je souhaite véhiculer ?

Ensuite, je me pose ces interrogations.Comment est mon vin ? Comment est mon plat ? Sucré ? Est-ce que la viande est tendre ? Un poisson fort ? Mon plat est-il gras, très sec, avec du vinaigre ? Tout cela t’aide à faire ton cheminement.

Une fois que tu as répondu à ces deux étapes, tu réfléchis maintenant à l’ensemble harmonieux que tu cherches à travers ton histoire.C’est-à-dire, vais-je faire un accord dit de texture ou un accord dit de goût ? Cela peut faire chavirer le tonneau d’un Loire vers un Sauternes.

« Toujours travailler avec des vins que tu connais pour tes premiers accords, cela facilitera ton travail de recherche ». Maureen .

Un petit cas pratique :

Je t’illustre cette notion en te citant un accord « simple » et qui peut encore être en vigueur ce mois-ci. Quel accord faire sur un foie gras ?

Il y a ici trois possibilités : un de goût et deux de texture.

  • Je désire conserver la texture grasse de mon foie gras tout en alliant des goûts de pêche, de coing, de fruits blancs et exotiques un peu confits. Je pars sur un vin blanc liquoreux. Pourquoi ? Les sucres du vin apporteront un support corporel au foie gras et développeront les goûts poivrés et sucrés de ce dernier.
  • Je joue à contre-courant, du coup, je cherche à casser la texture et trouver le côté joueur du vin. Pour cela, je prends un vin blanc sec tel qu’un muscadet ou un entre-deux-mers. Je relève, ici, les goûts tout en contrebalançant la chair grasse du foie gras.
  • Je rentre dans la fabrication du foie gras, le Porto. Je peux donc pour amuser mes papilles servir des vins rouges. Mais lesquels ? J’irai pour ma part sur un vin du Jura, un Arbois ou tout simplement sur un 100% Trousseau du Jura. Ici, dans cette hypothèse d’accord « mets et vin », je cherche à travailler les sens gustatifs : les papilles. Je veux un vin avec un peu d’acidité et beaucoup de fruits pour amuser ma langue et ma bouche. Alors, tout comme l’accord confiture de figues et foie gras, je prends un vin rouge léger, acidulé et fruité.

J’espère que cette première illustration d’accord te fait comprendre les premiers pas de base d’un accord mets et vin.

Je continuerai le mois prochain avec un nouvel accord et de nouvelles explications de mon accord. Comme je le disais précédemment, associer un vin et un met est à la portée de tous. Essayer c’est très souvent l’adopter.

Parce que tu l’as en toi,

Maureen Dégustation

T c h i n T c h i n

Maureen, Les Petites Bouteilles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.