L’Alsace à la classe

L'alsace à la classe

L’alsace à la classe

Si l’on fait très peu de vin dans le Nord de la France actuellement, nous en faisons pas mal dans l’Est, et du bon ! 

Allons en Alsace, Saint Pays de la choucroute, flammekueche et autre kouglof. Territoire roi du Scrabble. L’enfer des orthophonistes.

******

On y fait quoi comme vin ?

 

Connue pour ses rieslings, pinots, gewurztraminers (lecture niveau bac+5) et autres vendanges tardives, on sait aussi faire en Alsace plein de joyeusetés vinicoles modernes et originales (pet’ nat’ (contraction gazeuse que certains trouveront puante), vins orange, blanc de noirs etc…). 

Cependant, on y produit principalement des vins blancs et rouges en monocépage (on n’utilise qu’un seul cépage pour faire une cuvée dans ce cas). Tout comme le monorail qui n’est composé que d’un seul rail (n’oublions pas, un trait sécurité, deux traits danger). Quand c’est monotone, c’est lorsque l’on reste avec sa femme toute sa vie.

Par exemple, le riesling est un cépage que l’on retrouve souvent seul et indiqué sur l’étiquette.

On y produit des rouges issus de Pinot Noir (monocépage également).

Évidemment des blancs en sec, demi-sec, moelleux et liquoreux (un demi-sec, c’est bien mieux qu’une demi-molle).

Mais également en effervescent, car l’Alsace bénéficie de la dénomination Crémant pour ses petites bulles qui ont travaillé avec grand soin (toujours prendre soin de ses petites bulles).

En bref, que de cartouches pour s’en mettre une (pourtant je ne suis toujours pas chasseur).

Noble mais la tête sur les épaules

 

L’Alsace fait partie des régions en France qui compte des Grands Crus. En effet on en dénombre pas moins de 51. Je m’épargne leur écriture et vous leur lecture.

Seuls les cépages dits nobles y sont autorisés (riesling, gewurztraminer, pinot gris, muscats et sylvaner depuis peu).

On les distingue à travers des sols exceptionnels et distincts. Ceux-ci jouissent d’une orientation idéale. Maturité optimale au rendez-vous.

Rendements plus faibles, plus grand soin apporté, parcelles plus petites. En bref on est ici sur la quintessence de ce que l’on peut y produire. Des Grands Crus taille XXL.

Domaine Wunsch and Mann

petit voyage entre amis

Alsace = Vins sucrés ?

Mais l’Alsace on ne fait que des vins sucrés ? (OK BOOMERS) 

Combien de fois ai-je pu entendre cette phrase ? Des dizaines, des centaines…

Initialement l’Alsace s’est démarquée grâce à ses vins liquoreux. Le nom de VENDANGES TARDIVES est très réputé notamment.

Ce sont des vins blancs produits à partir de raisins vendangés en surmaturité. Ceux-ci ont une grosse concentration en sucre. Ainsi, après la fermentation alcoolique, il reste encore une bonne quantité de sucre, donnant son côté liquoreux. Il peut facilement faire un octogone avec Sauternes, Loupiac et autres Quarts de Chaume.

Ils sont souvent produits à partir de pinot gris ou gewurztraminer.

Or, ces vins sont tellement réputés que désormais une grande partie des personnes pense que l’on ne fait QUE des vins sucrés en Alsace. Les aprioris sont durs à effacer donc on ne peut leur casser du sucre sur le dos.

Et les vins blancs secs d’Alsace ?

Mais que nenni malheureux ! Mais du coup, les blancs secs sont bons ?

Oh vindiou ! Bien sûr qu’ils sont bons et ont une excellente réputation auprès des amateurs de petites bouteilles.

Riesling, sec, frais, gourmand, rafraîchissant, parfois légèrement oxydé, divin (sec, frais et divin, on dirait ma description Tinder).

Pinot gris, sec avec parfois une petite sucrosité qui ne renforce que sa beauté, explosif, fruits exotiques et floral, un bonheur à l’apéro.

Gewurztraminer, sec, qui part sur de la richesse contrôlée, la rose et le litchi qui dominent, un bonheur. Un peu de sucre résiduel peut y rester mais ça ne renforce que le bonheur. Petit tipps, appelez le Gewurz, c’est plus simple et on a moins de chance de se tromper.

La version Vendanges Tardives (VT) avec une belle structure sucrée qui est très bien contrebalancée par une acidité qui rafraichit le tout. Ça glisse plus vite dans le gosier que moi au ski (niveau très faible par ici).

Crémant brut issu souvent d’assemblages de différents cépages, souvent de grande qualité, belle complexité, bulles fines et superbe fraicheur. Des bulles qui envoient la gomme (bubble-gum).

Moi je bouge pour le rouge

Pinot noir, rouge, léger, gourmand, frais, tanins fondus, fruits rouges, accessible pour tout esthète (il en veau la peine comparé à son homologue (bœuf) bourguignon).

Et j’en passe avec autres sylvaner dans la tension, pinot blanc dans la douceur, muscat dans l’opulence…

En bref, on ne se trompe jamais en prenant du vin alsacien.

J’espère que les cigognes m’en déposeront devant la porte !

Le bécot non covidé du Blaireau.

Un blaireau et du vin

Un blaireau et du vin
RACONTEUR D'HISTOIRE VITICOLE FREELANCE

Après avoir recherché l’excellence et les 20/20, je suis désormais en quête du superbe et goûte vin sur vin. Découvrir, apprendre; questionner et déguster n’est jamais vain. Modestement je vous parle de ce breuvage des plus divins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *